Magal de Mame Diarra Bousso

Les femmes de la communauté Mouride et Baye Fall de Paris rendent hommage à la sainte mère du Cheik Ahmadou Bamba, Sokna Mariama Bousso le Jeudi 8 mai 2008.

Sokhna Mame Diarra Bousso est le parfait exemple d’une piété incommensurable fécondée par une connaissance insondable des sciences religieuses.

Sokhna Diarra Bousso accordait une importance particulière à la création de plusieurs écoles coraniques afin d’y perpétuer l’apprentissage et la mémorisation du Coran, l’enseignement des sciences religieuses et la pratique du soufisme. Elle tenait personnellement à participer à l’enseignement dans ces écoles et leur accordait un grand soin.

Pendant que les jeunes femmes de son âge s’adonnaient au papotage ou au commérage, Sokhna Mame Diarra Bousso, quant à elle, s’occupait des travaux domestiques, elle consacrait le plus clair de son temps soit à la lecture ou à la récitation du Coran ou formulait des prières en faveur du Prophète (PSL), De plus, elle partageait généreusement ses biens avec les plus démunis.

C’est par constance dans l’adoration de Dieu qu’elle a acquis le titre envié de Jâratoul Lahi qui signifie « voisine de Dieu ».

Sokhna Mame Diarra dont l’unique souci était de se conformer en toute chose aux recommandations de Dieu, avait décidé de se dévouer corps et âme à son époux Mame Mor Anta Sally et à l’éducation de ses enfants sans rien attendre en retour.

Sokhna Diarra Bousso n’a vécu que 33ans, certes, mais elle a réalisé de grandes œuvres. Elle est un modèle pour toute femme, car en elle se trouvent toutes les vertus qu’une femme sainte doit avoir. Elle est non seulement un modèle pour les femmes, mais également pour les hommes car de par son comportement, elle leur a montré combien ils doivent respect aux femmes.

En définitive, Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul notre espoir ici-bas et dans l’au-delà est descendu sur Sokhna Mariama Bousso pour toutes ces qualités et vertus qu’elle incarne.

 

porokhane1.png

Mosquée de POROKHANE où est née et repose Mame Diarra Bousso

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»